Toutes les Actualités ...

Retour des moules sur filières en Ille et Vilaine

Publiée le 13 novembre 2018

Retour des moules sur filières en Ille et Vilaine

Alors que de 2012 à 2015, la population de la Côte d’Emeraude s’était élevée contre un projet « expérimental » d’élevage de moules sur filière au large de St Coulomb, voici que ce projet, suspendu par le Tribunal administratif en juillet 2015 refait surface.

Logo apeme         

Le projet initial « expérimental » concernait alors une surface de 20 ha pouvant être élargie à 1 000 ha. L’expérience, pourtant jamais mise en œuvre, a donc du satisfaire les pouvoirs publics puisqu’aujourd’hui, c’est la totalité du domaine maritime d’Ille et Vilaine, de l’estran jusqu’à une distance de 12 milles nautiques, y compris l’embouchure de la Rance, soit 800 km2, qui est susceptible d’accueillir des filins de moules, mais aussi d’huitres, d’ormeaux, d’oursins, de coquilles St Jacques… Le nouveau schéma des structures de cultures marines, grâce à la loi Macron sur les initiatives économiques, fait fi non seulement de l’opposition de la population locale (aucune enquête publique n’étant plus nécessaire) mais aussi des conséquences environnementales (plus d’obligation d’études d’impact). Pourtant, les conséquences pour l’environnement sont bien réelles ; déjections des coquillages en élevage concentrationnaire, déchets conchylicoles sur les plages… à cela s’ajoutent des entraves à la navigation et à la pêche professionnelle et de loisir en plus des retombées négatives sur les activités touristiques, très développées sur nos côtes.

           L’Apeme, Association Pays d’Émeraude Mer Environnement, dénonce l’absence d’informations, le manque de concertation et la mise devant le fait accomplit. Déjà dans les Côtes d’Armor, un tel arrêté a déjà été signé, la population, prise de court, n’ayant pu s’y opposer. Seule une consultation est mise en place sur le site internet de la préfecture* depuis le 22 octobre et seulement jusqu’au 22 novembre. Après cette date, le préfet signera l’arrêté qui sera aussitôt applicable.

           Quelle est donc cette démocratie qui se fiche éperdument de l’intérêt de la population pour satisfaire les seuls intérêts de quelques professionnels avides de profits ? Il est grand temps que, comme en Nouvelle Calédonie, les Bretons puissent enfin se prononcer sur leur avenir et faire les choix qui conviennent à leurs intérêts communs.

 Padrig Delorme

 * http://www.ille-et-vilaine.gouv.fr/Publications/Consultations-publiques/Consultations-Publiques-Environnement/Domaine-public-maritime/Consultations-en-cours/REVISION-DE-L-ARRETE-PORTANT-SCHEMA-DES-STRUCTURES-DES-EXPLOITATIONS-DE-CULTURES-MARINES

 

Contact APEME :

apeme35@gmail.com

www.apeme-emeraude.jimdo.com

 


Voir seulement cette actualité


Suite et fin provisoire de mon article : JE N’AIME PAS LES VIEUX, paru dans le numéro de septembre-octobre 2018.

Publiée le 05 novembre 2018

L’actualité va vite, ou plutôt, le gouvernement est inlassable à matraquer les vieux à coups de nouvelles et incessantes mesures rognant leur pouvoir d’achat. Ainsi, il y a une mesure dont on ne parle pas et qui n’existe pas, mais qui produit quand même des effets en faisant perdre de l’argent aux vieux par rapport à l’inflation : Le taux d’intérêts des livrets d’épargne.

Sixièmement, on ne ré-indexe pas le taux d’intérêts des livrets d’épargne sur le taux d’inflation en train d’augmenter assez fortement. Culturellement, les retraités d’aujourd’hui ont tous eu un livret d’épargne. Nos parents ou grands-parents, nous « ouvraient » un livret d’épargne dont nous ne pourrions toucher le contenu qu’à nos 18 ans. Et tous les retraités, notamment les plus modestes possèdent toujours ce type de livret de base. Donc en martyrisant ces livrets, d’épargne libre et mobile, il est clair que Jupiter (et ses prédécesseurs) veulent assécher les vieux. Aujourd’hui les jeunes sont plus tournés vers les placements évolutifs suivant des profils personnels (pépères, dynamiques et autres) induisant plus ou moins de risques en fonction du rendement espéré. Et les banques qui soutenaient la baisse du taux d’intérêt du livret A quand l’inflation baissait, font le dos rond aujourd’hui, car ce sont elles qui profitent des placements sur ce type de support. CQFD.

Malheur aux cumulards de handicaps

Aujourd’hui, force est de constater que le pouvoir n’aime pas les vieux. La grogne de cette catégorie sociale s’ajoute à d’autres revendications, et commence à inquiéter Jupiter. Car les élections européennes approchent et les vieux, à défaut de descendre en nombre dans la rue, pourraient donner leurs voix à d’autres partis et infliger un premier vrai revers électoral au pouvoir en place, puisque les résultats des élections sénatoriales ne sont pas très visibles du grand public. Car n’oublions pas que Jupiter n’aime ni les vieux, ni les ruraux, ni les utilisateurs de véhicules diesel. L’individu qui cumule ces trois handicaps n’a plus grand-chose à espérer de ce régime sec. (Sans jeu de mots).

Et mon malheur à moi, est de faire partie de cette catégorie de cumulards du handicap ! Je ne suis pas encore mort, mais je suis déjà bien saigné !

Patrice PERRON.

 

 


Voir seulement cette actualité


Minority SafePack – Nous sommes un million à signer pour la diversité de l’Europe

Publiée le 26 mars 2018

Minority SafePack – Nous sommes un million à signer pour la diversité de l’Europe

Tudoù,

Nous attirons votre attention sur cette initiative citoyenne Européenne très importante (liens et infos à la suite). C'est plus qu'une pétition c'est une démarche officielle et contrôlée qui contraindrait la commission Européenne à légiférer en faveur des minorités. Ça permettrait non seulement de mener enfin des politiques linguistiques et culturelles à partir des "régions" et aussi d'influer pour une relocalisation des décisions. Il faut un million de signatures avant le 7avril 2018, le score est passé de 650 000 à 850 000 signatures en 2 semaines. Quant aux signatures recueillies dans l'hexagone elles sont passées de 2500 à un peu plus de 3000 dans le même laps de temps, concrètement c'est un peu la honte (ainsi qu'il l'est dit en Breton dans le reportage FR3 BZH : ur vezh !) Nous comptons sur vous pour signer, partager et faire connaître cette initiative.
Enfin il faut se munir de sa carte d'identité ou de son passeport pour valider la signature.

Trugarez vras d'an holl

a galon deoc'h.

https://www.facebook.com/aita.brezhoneg/videos/2092516041012898/

https://ec.europa.eu/citizens-initiative/32/public/#/

https://www.facebook.com/regionalistesbzh/posts/2089948701248484?pnref=story

 

 

 

 


Voir seulement cette actualité


Droits de l’homme (à la française) par Herve le Borgne

Publiée le 20 mars 2018

Droits de l’homme (à la française)

L’affaire des prénoms (bretons) continue à faire des vagues. Après Fañch (refusé à cause du tilde) c’est Derc’hen (qui devrait - paraît-il - s’écrire sans apostrophe) puis Liam (parce que c’est un prénom masculin donné à une petite fille). La Justice française s’enlise dans le ridicule. Mais elle peut aussi s’enfoncer dans l’odieux. La semaine dernière une institutrice a écopé d’un an et demi de prison (dont un an ferme) pour avoir giflé la mère d’une élève ! Il est vrai qu’il s’agit d’une Rom, alors… Mais sans doute le noble état français, inventeur des droits de l’homme (petite rectification historique : avant la Grande Révolution les droits de l’Homme étaient inscrits en toutes lettres dans la Constitution des Etats-Unis, elle-même très inspirée par la Constitution Corse de 1755 promulguée par Paoli) le noble état français donc intervient-il pour ces droits au niveau planétaire ? Il y a fort à faire avec la défense des populations syriennes, kurdes, palestiniennes… sans aller chercher de l’autre côté de la planète. Eh bien oui il intervient… pour vendre des canons et des avions de combat à ceux qui les persécutent et même les anéantissent. Les droits de

l’Homme en douce France, il s’agit de l’homme de quel arrondissement déjà ?

Herve le Borgne extrait de " Bretagne-Europe mars 2018 n°27"

 

 

 


Voir seulement cette actualité




Suivez nous sur Facebook

Retrouvez nous sur facebookSuivez-Nous sur la page Facebook de l'Avenir de la Bretagne et invitez vos amis.

Cliquez ici

Partagez cette page

Partagez cette page par mail ou sur les sur les réseaux sociaux et faites découvrir l'Avenir de la Bretagne

L'Avenir de la Bretagne

Breizh da Zont - L'Avenir de la Bretagne
Evit Breizh dizalc’h en Europa ar pobloù
Pour une Bretagne libre dans l’Europe des peuples.

 

Revue bimestrielle

  

Abonnez-vous - Contactez-Nous

 
- Mentions Légales - Flux RSS - Site web réalisé par PDS