Actualités ...

Lettre ouverte à Emmanuel Macron

Publiée le 05 juin 2017

 
 
Patrice PERRON 
 Beg An Enez
56520 – GUIDEL
Le 1 Juin 2017
Objet : lettre ouverte
Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République.
Vous avez été élu essentiellement sur trois points forts mis en avant par vous 
- le renouvellement
- la transparence
- la probité
 
En tant que citoyen et électeur, je m'en suis réjoui, (mais pas au titre de contribuable. car l'augmentation exagérée de la CSG sur le dos des retraités va pénaliser des secteurs de la société liés à eux. (je suis disposé à en parler) Et voilà qu'à peine élu, vous êtes confronté à l'âcre odeur des affaires à travers le cas Richard Ferrand. qui bénéficie avant tout de la présomption d'innocence.
 
Pour moi, qui suis Breton ayant voté utile pour vous, c'est une catastrophe. L'image de la Bretagne est ternie par cet élu, mais pour vous, je pense que c'est plus ennuyeux sur les plans de l'image et des engagements de campagne. Vous vous seriez bien passé de cette embrouille, je crois.
En premier lieu, je tiens à préciser que cet homme, (a priori innocent) Richard Ferrand, a beau dire qu'il n'y a rien d'illégal, il n'en demeure pas moins vrai que c'est immoral (François Fillon et Bruno Leroux utilisaient le même argument que lui, mais ce dernier a démissionné) et de mauvais ton dans le cadre des arguments de votre campagne. Un voile nauséabond se répand sur votre début de mandat, avant même les législatives. La droite s'en réjouit et s'en saisit déjà par la voix de François Baroin, notamment.
Et puisque Richard Ferrand ne veut pas démisssionner de lui-même, espérons qu'il sera battu à plate couture aux législatives et ainsi viré par le peuple. De la sorte, Edouard Philippe, le Premier Ministre, n'aura pas d'autre solution que d'appliquer ce qu'il a dit : un ministre battu devra quitter le gouvernement. Mais je préfèrerais que ce soit vous qui le fassiez partir, pour être en phase avec vos engagements.
Dans la suite logique de ce que je viens d'évoquer, je me permets de vous faire une proposition complémentaire à votre projet de loi relatif à la probité des élus. Il me semble qu'asseoir la véracité de leur déclaration de situation patrimoniale sur leur seule déclaration personnelle volontaire, relève de l'utopie ou de la tromperie. Entre ceux qui ont des phobies administratives, ceux qui ne comprennent pas bien les questions de la commission sur la transparence et ceux qui oublient de déclarer des éléments de patrimoine, je préfère, pour ma part, m'en remettre aux professionnels qui ont permis de mettre à jour toutes ces magouilles ou approximations déclaratives : les journalistes.
Ma proposition est la suivante : pourquoi ne pas donner 3 mois aux journalistes pour chercher des poux dans la tête des nominés afin d'éliminer les corrompus ? Car il est clair, au vu et su de tous, que certains de ces professionnels sont mille fois plus efficaces que n'importe quelle commission de pseudo-experts ! Comme dit Christophe Castaner : c'est de l'entre soi !
Dans l'attente d'une bonne mesure dont je ne doute pas que vous en serez le porteur, et vous souhaitant bonne réception de ce message, je vous prie, Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, d'agréer l'expression de mes meilleures et sincères salutations citoyennes et Bretonnes.
Patrice PERRON. Citoyen Lamda, électeur et votant volontaire, mais surtout contribuable commis d'office et soumis automatiquement à la sanction en cas de défaillance.
 


Cliquez ici pour voir toutes les Actualités

Suivez nous sur Facebook

Retrouvez nous sur facebookSuivez-Nous sur la page Facebook de l'Avenir de la Bretagne et invitez vos amis.

Cliquez ici

Partagez cette page

Partagez cette page par mail ou sur les sur les réseaux sociaux et faites découvrir l'Avenir de la Bretagne

L'Avenir de la Bretagne

Breizh da Zont - L'Avenir de la Bretagne
Evit Breizh dizalc’h en Europa ar pobloù
Pour une Bretagne libre dans l’Europe des peuples.

 

Revue bimestrielle

  

Abonnez-vous - Contactez-Nous

 
- Mentions Légales - Flux RSS - Site web réalisé par PDS